Êtes-vous ralenti par de mauvaises habitudes de comptabilité mentale?

As students across the country graduate from post-secondary schools, the time to start focusing on paying off that student loan debt is now.

Auteur : Sarita Harbour

Que faites-vous de votre crédit d’impôt? L’utilisez-vous pour vous rapprocher des objectifs financiers que vous avez déjà mis en œuvre, ou êtes-vous plus susceptible de l’utiliser pour manger dans un restaurant coûteux au centre-ville? Votre réponse à cette question pourrait davantage témoigner de l’attrait d’habitudes mentales discutables liées à l’argent que de votre personnalité ou de votre savoir-faire financier.

Qu’est-ce que la comptabilité mentale?

Développé par l’économiste lauréat du prix Nobel d’économie, Richard Thaler, de l’université de Chicago, le concept de la comptabilité mentale fait référence à un processus décisionnel financier répandu, mais irrationnel.

Le concept a été mentionné pour la première fois dans un article de 1999 publié par le Journal of Behavioral Decision Making, dans lequel Thaler proposait comme définition : « l’ensemble d’opérations mentales utilisées par des particuliers et des ménages pour organiser, évaluer et faire le suivi d’activités financières ».

En d’autres mots, c’est ce qui arrive lorsque des personnes prennent en compte la provenance de leur argent comme facteur en décidant de la façon de le dépenser, au lieu de concevoir leur argent personnel comme un ensemble global de fonds disponibles. Selon la théorie de Thaler, ce raisonnement illogique mène à de mauvais choix financiers, comme utiliser un crédit d’impôt pour acheter quelque chose que vous n’achèteriez jamais en d’autres circonstances, et ce, au détriment de l’atteinte de vos véritables objectifs financiers.

Être en mesure de reconnaître certaines des situations courantes qui déclenchent ce type de prise de décision financière peut vous aider à prendre conscience de vos réflexes et, ultimement, à apprendre comment maîtriser des habitudes de comptabilité mentale qui pourraient nuire à vos finances.

Des exemples concrets de comptabilité mentale pour mieux comprendre

À quoi ressemble la comptabilité mentale mise en application? Les scénarios suivants vous sont peut-être familiers.

1. Traiter une entrée de fonds inespérée différemment de l’argent gagné.

Un signe de ce type de raisonnement est le traitement d’une entrée de fonds inespérée. Lorsqu’on reçoit de l’argent de façon imprévue, comme un héritage inattendu, un rabais, un remboursement ou une ristourne, on peut facilement traiter erronément ces fonds comme étant de l’argent cadeau ou de l’argent « en surplus » pouvant être dépensé pour le plaisir. Il peut être plus facile de justifier de le dépenser sur une chose frivole que de l’ajouter aux fonds disponibles de votre ménage pour rembourser une dette ou effectuer un investissement.

2. Le piège des coûts irrécupérables

Avez-vous déjà trop mangé à un buffet à volonté parce que vous souhaitiez « en avoir pour votre argent »? Ou, êtes-vous déjà resté à un concert que vous n’aimiez pas parce que les billets étaient très coûteux? Vous est-il arrivé de continuer à porter des souliers griffés qui pinçaient vos pieds parce que vous aviez payé le plein prix pour les acheter?

En raison de l’erreur de jugement liée aux coûts irrécupérables, vous ne changez pas un comportement parce que vous avez déjà investi du temps, de l’argent ou des efforts, même si les coûts associés au maintien du comportement l’emportent sur les avantages. Votre comptable mental voit vos coûts irrécupérables comme plus importants que le sentiment d’inconfort qu’ils causent.

3. L’achat d’articles inutiles parce qu’ils sont en solde

Les chasseurs d’aubaines doivent faire attention! La ligne est très mince entre une chasse aux aubaines financièrement judicieuse et un drainage de fonds déguisé.

Par exemple, vous magasinez pour vous acheter un nouveau jean, et vous voyez un chandail offert à 21 $, après une réduction de 70 %. Vous l’achetez (ainsi que le jean), et vous vous félicitez d’avoir économisé 49 $ en tout. Cependant, comme nous n’aviez pas besoin du chandail en premier lieu, vous venez en fait de gaspiller 21 $. Toutefois, votre petite voix intérieure vous indique que c’était une excellente aubaine.

Comment corriger de mauvaises habitudes de comptabilité mentale

Avant de cesser vos mauvaises habitudes financières, vous devez être en mesure de reconnaître les situations où vous êtes sur le point de les répéter. Réfléchissez à quelques décisions financières que vous avez prises par le passé. Si n’importe laquelle de ces décisions ressemble aux exemples ci-dessus, envisagez de modifier votre façon de concevoir l’argent.

1. Établir ou réviser un budget

Vous n’en avez pas? Envisagez d’utiliser un outil de gestion budgétaire en ligne, ou même d’essayer la méthode classique de l’enveloppe pour commencer. Dresser les grandes lignes d’un budget de ménage vous fournit une structure indiquant où l’argent doit aller chaque mois, quelles que soient les aubaines surprises que vous rencontrez.

2. Anticiper l’imprévu

Élaborez un plan pour les revenus irréguliers comme des cadeaux, des remboursements, des crédits d’impôt et des primes de rendement remises en fin d’année, et engagez-vous à le suivre. Par exemple, au lieu de gaspiller votre argent lors d’une orgie de dépenses sur un coup de tête, essayez de répartir votre prochaine manne financière en trois lots. Utilisez un tiers pour rembourser une dette, versez un tiers dans votre épargne, puis offrez-vous un petit luxe avec le tiers restant.

3. Connaître ses objectifs

En fin de compte, le problème de la comptabilité mentale est qu’elle engendre de la confusion à propos de ce que vous voulez « vraiment ». Vous savez que vous voulez être en mesure de faire une mise de fonds dans cinq ans pour vous acheter une maison, mais l’achat imprévu d’un nouveau téléviseur ou téléphone peut être très tentant au moment présent. Comment pouvez-vous dire non?

Déterminer les priorités financières qui sont réellement importantes pour vous devrait aider. Vous avez peut-être de la difficulté à vous enthousiasmer pour tous vos objectifs à long terme (vous diminuez votre endettement, nous l’avons remarqué), mais savoir ce que vous voulez – et pourquoi – peut vous aider à éviter les distractions afin de tenir compte de la situation d’ensemble.